Diriger à 360 degrés, salto et triple vrilles avec Michaël et Julie

Photos : Nicolas Guillemot

La particularité de notre travail, vous le savez depuis le temps mais tout de même je le répète pour celles et ceux qui sont à côté du radiateur : c’est la pluridisciplinarité. C’est un mot devenu un peu fade avec le temps mais dans notre cas il est difficile de décrire notre approche différemment. Et nous ne sommes pas fades du tout (cessez d’être désagréables !) , nous sommes même assez délicieux. Il est vrai que l’on pourrait utiliser le mot transdisciplinnaire. C’est proche de transmédia qui est encore un peu à la mode en ce moment. Bien que j’aimerai dire que nous faisons des oeuvres experientielles (le top du IN dans les salons culturels en visioconférence) mais ce n’est pas vrai. On pourrait aussi se plaire à parler d’hybride mais là on touche à l’imaginaire de la botanique voire des OGM et on va totalement vous perdre. Donc on fait des spectacles qui convoquent sur scène plusieurs disciplines, techniques et savoir-faire. On adore ça et ça nous pousse à sans cesse nous réinventer.

Photo : Nicolas Guillemot

Notre approche est collective dans la genèse des projets et vous savez aussi que nous sommes organisés autour d’un metteur en scène : Michaël ; pour que les projets puissent converger de façon plus forte vers la scène.

La place de Michaël n’est pas chose aisée et je vais essayer de vous en donner une perspective. Il doit partir d’une vision commune avec Annabelle et Damien puis prendre le relai en faisant passer à cette « vision rêvée » le cap de la réalité de la création. Vous vous doutez bien que c’est affreusement compliqué, semé d’embûches, très excitant, grisant et que cela demande de passer à la vitesse de la lumière d’une tâche à l’autre. Je dirai même plus, cela demande l’audace et la dextérité d’une patineuse artistique.

Photo : Nicolas Guillemot

Il faut superviser l’écriture car nous sommes toujours soit dans des adaptations de textes soit dans des créations pures de dramaturgies. Il faut s’intéresser et comprendre toutes les disciplines que l’on met en scène : Cinéma, Théâtre, Vidéo, Cirque, Art plastique, Graphisme, Musique, Jeu vidéo, Tricot, Cuisine etc. Pour ensuite les diriger en même temps lors des répétitions. Et oui… si non ça ne serait pas drôle. On pourrait choisir de vous balancer un diaporama powerpoint sur un écran blanc en vous expliquant combien nous sommes vintage et tout le tralala ringardosse de la justification moisie. Mais pas du tout. Ce que l’on aime c’est que la vidéo affecte l’espace, que l’espace joue avec les interprètes, que la musique passe du film à la scène et que les codes de jeux soient affectés par autre chose que de grands discours sur la science et le mysticisme de l’acteur mais plus par l’expérience qui surgit des interactions entre les disciplines. Et ça, c’est passionnant, déstabilisant, ça donne (pardon de le dire) des spectacles uniques. Toutefois, c’est affreusement compliqué à réaliser. Surtout, soyons francs avec l’économie qui est la notre. Et Michaël dans tout ça ? En gros tout ça c’est son job. Facile non ? Ajoutez à ça, la gestion du budget, de la relation aux partenaires et la non moins simplissime relation aux créateurs et créatrices qui comme nous le savons tous est la chose la plus aisée du monde quand on en est un soi-même.

Alors il jongle d’une casquette à une autre : metteur en scène, réalisateur, directeur artistique etc. Depuis quelques créations maintenant il est accompagné par Julie qui vient à ses côtés pour assurer la continuité de la dramaturgie et de la direction d’acteur. Une approche en binôme qui aura permis d’aller plus loin dans nos création et d’apporter à tous une respiration quand Michaël est absorbé par une question épineuse de bascule dans une scène d’une discipline à une autre et qu’il ne peut pas tout regarder ou commenter en même temps. Julie lui apporte donc ce fil tendu avec le travail de plateau, son regard affuté et sa bienveillance.

Julie André Collectif Quatre Ailes
Photo : Nicolas Guillemot

Voilà donc notre fine équipe salto, triple vrilles et double loops piqué. Celle qui met en symphonie nos rêves, nos désirs collectifs de spectacles et de belles histoires. Rendez-vous en Novembre 2020 pour Mais regarde toi !

Rouen – Instantané de tournée : Certains regardent les étoiles

Nous sommes heureux d’avoir repris le chemin des représentations malgré les nouvelles restrictions qui vont immanquablement bouleverser ce que nous vous avions annoncé il y a quelques semaines. Mais une chose est certaine l’équipe du théâtre Charles Dullin à Grand Quevilly est aux avant postes pour maintenir le lien avec le public, les artistes et faire que les représentations soient possibles. Et cela fonctionne. C’est indiscutable, les représentations scolaires ont commencé et la joie est au rendez-vous de tous les côtés du plateau. Bien entendu il faut compter avec les consignes sanitaires mais tous se passe très bien. Nous avons terminé cette série de représentations avec notre dernière tout public en soirée … avant de longues semaines. Toutefois, ta tournée continuera pour le moment donc on garde le moral.

Petite story en images de notre aventure normande

Mais regarde toi ! Annabelle, Nico, Véro et Michel dans la marmite

Photos : Nicolas Guillemot

Multimédia, pluridisciplinaire, démultiplié, reflété, augmenté etc. etc.

Comme toujours nos spectacles questionnent l’image, le son, la musique et la mise en lumière. Pour ne pas apposer les choses brutalement comme dans un livre d’images naïf et simpliste nous voulons trouver une harmonie et un dialogue avec toutes les technologies et techniques que nous mobilisons. Un mijotage long et fastidieux car le moindre changement déséquilibre toute la recette. Cependant, c’est du spectacle vivant que nous faisons et les choses changent souvent parce que… et bien c’est vivant… Nous passons beaucoup de temps à essayer de développer un langage plastique qui fait exister ces techniques comme un acteur à part entière du spectacle. Mais pour cela, comme avec une sorte de Frankenstein, nous devons coudre ensemble musiques, lumières, vidéos et sons. C’est à cela que nous nous attachons en parallèle de l’écriture du texte et de la recherche scénographique.

Photo : Nicolas Guillemot

Entrer en syntonie

Photo : Nicolas Guillemot

Raconter notre histoire exige une bascule entre la réalité que nous connaissons tous avec ses règles, ses repaires, sa logique et le magma d’un rêve ou d’un cauchemar. Le monde intérieur d’Anna (notre personnage principal) bien que délirant répond aussi à des règles que nous inventons ou que nous impose la question du reflet qui est au coeur de ce projet. Nous cherchons alors à créer une logique dans cette folie que traverse Anna et bientôt notre public. La syntonie c’est se mettre sur la même longueur d’onde et c’est tout le long et méticuleux travail que font ou vont faire Annabelle, Véronique, Nicolas et Michel sous la direction de Michaël.

Et les actrices et l’acteur dans tout ça ?

Photo : Damien

C’est là toute l’épineuse question que nous continuons à explorer. Il faut maintenir la vie dans tout cela et trouver une interaction avec les interprètes pour façonner une oeuvre originale et non pas un film, un clip ou une installation vidéo. Nous sommes très heureux de pouvoir porter l’histoire d’Anna à la scène et nous façonnons comme des artisans, des cuisiniers ou des chercheuses tout un univers pour Anna et son univers intérieur. Nous avons hâte de vous retrouver en novembre 2020 que vous puissiez découvrir concrètement tout ce que signifie ces heures passées à filmer, monter, composer, projeter et interpréter.

Photo : Nicolas Guillemot

Mais regarde toi ! coup de blush sur Nathy

Photos : Nicolas Guillemot

Fantastique, lumière, transparence et grand écart

Nathy travaille avec nous depuis … toujours disons le simplement. Elle connait nos atermoiements, nos idées géniales et nos aspirations improbables. Elle nourrit notre imaginaire en y apportant sa touche de franchise salvatrice et surtout ses multiples talents comme savoir jouer la transparence de la carnation pour plus de subtilité, jouer la carte de la transformation radicale en créature venue de la planète Quatre Ailes, jouer main dans la main avec la lumière et la vidéo pour booster un visage perdue et faire naître nos rêveries.

Adolescence, jeunesse, glamour, paillettes et masque virtuels

Sur Mais regarde toi ! Nathy est sur tous les fronts. Il y a l’inévitable question de l’adolescence et de trouver à la fois la fraîcheur et la fragilité du visage d’une jeune fille qui quitte l’enfance. Ensuite, il y a la question du glamour, des paillettes et du côté pop psychédélique qu’exige pour nous la confrontation avec l’univers de Lewis Carroll.

Photo : Nicolas Guillemot

Et enfin, il y a notre désir essentiel d’utiliser la vidéo pour raconter des histoires. Ici nous questionnons une approche que les plus geek et les plus jeunes d’entre nous connaissent bien. Ce sont les masques virtuels que certaines application comme Snapchat ou Instagram ont popularisé. Il s’agit d’une technologie à base de réalité augmentée permettant de superposer un masque ou un filtre ou un Lens sur le visage d’un acteur pour changer ses caractéristiques physiques. Le résultat est souvent bluffant mais la fusion est parfois brouillonne. C’est là que Nathy intervient pour créer dans les visages une continuité du masque virtuel pour permettre une meilleure sensation de réel ou plus exactement pour croire davantage à l’illusion technologique. Une approche plastique l’on adore. Celle de mélanger la technologie, le théâtre et le travail de collage, de bricolage… Nathy sera donc aussi dans la minutie de ce travail pour faire le pont entre numérique et artisanale.

Photo : Nicolas Guillemot

Regardons la situation les yeux dans les fards

Nathy qui a commencé cette création avec tout son coeur et son art, va devoir passer le relais à un.e autre artiste du maquillage que nous cherchons encore. Une chute malheureuse l’empêche de poursuivre l’aventure. Nous lui souhaitons évidemment un bon rétablissement. Show must go on !!!

Mais regarde toi ! coup de projecteur sur Coline

Couverture Coline Mais regarde toi ! les costumes
photos : Nicolas Guillemot

Des créations, du prêt à porter, du bricolage, de la vidéo, du théâtre, de l’acrobatie…

Coline mobilise tout ses talents pour s’atteler à chacune des facettes du futur spectacle et des contraintes qui en découlent. Aborder la pluridisciplinarité n’est pas qu’une idée c’est un principe qui touche tous les créateurs et créatrices qui approche nos projets.

Les costumes de Mais regarde toi ! racontent la réalité de l’adolescence d’aujourd’hui avec un regard qui doit être en relation avec la jeune Anna sans tomber dans le caricatural. Il y a donc un équilibre à trouver entre l’adolescence contemporaine, le caractère du personnage, la grande liberté de mouvements nécéssaire à la comédienne et acrobate qui interprète Anna. Sans oublier les exigences techniques de l’usage de la projection vidéo et de la lumière de scène pour trouver un équilibre durable sur toute la pièce.

Coline Mais regarde toi ! dans l'atelier du théâtre
photo : Nicolas Guillemot

Pour les autres personnages c’est un savant mélange entre personnages issues du réel, personnages fantastiques aux formes et proportions exagérées et personnages fictifs dont l’apparence sera modifiée par des filtres et des déformations audiovisuelles. Il y a donc un va et vient entre un travail de création, de détournement et d’habillage. Et comme nous sommes toujours guidés par l’imaginaire d’Anna on ne doit pas perdre de vue de jouer avec des codes contemporains ou de les transformer.

Coline Mais regarde toi ! esquisses
photo : Nicolas Guillemot

C’est dans cette dynamique que Coline coupe, tranche, colle, découpe, brode, scie, coud et épingle. Petit à petit les silhouettes se dessinent et passent du papier à la 3D.

Coline Mais regarde toi ! mannequin
photo : Nicolas Guillemot

Pour prendre toute la mesure de son univers… Ça se passera en novembre 2020 à Ivry-sur-seine

Mais regarde toi ! Coup de projecteur sur Frédéric

collage de photos de répétitions Mais regarde toi par le collectif quatre ailes avec Frédéric Chevaux
photos : Nicolas Guillemot

Frédéric Chevaux nous accompagne de nouveau dans cette aventure théâtrale et pluridisciplinaire. Il était déjà aux commandes de l’écriture de Certains regardent les étoiles en 2018 et il nous fait le plaisir de poursuivre l’aventure avec Mais regarde toi ! prévu pour novembre 2020.

Une écriture de plateau, une écriture d’adaptation, une écriture plastique…

photo de répétitions Mais regarde toi par le collectif quatre ailes avec Frédéric Chevaux
photo : Nicolas Guillemot

Le défi de l’écriture de Mais regarde toi ! est énorme. D’une part parce que nous avons perdu plus de trois mois de travail avec le confinement lié à la pandémie mais surtout parce que c’est une approche inédite pour nous. Habitués des adaptations et des réécritures nous avons décidé d’expérimenter un autre regard pour saisir l’adolescence d’aujourd’hui avec la poésie et la féerie cruelle que sait tisser Frédéric. Le spectacle repose sur l’inspiration venue de l’écoute du podcast Entre saison 1 de Louie Media, l’apparition de faits divers violents liés à l’adolescence comme l’histoire d’Evaëlle 11 ans poussée à bout par le harcèlement et l’univers de Lewis Carroll dans De l’autre côté du miroir.

Frédéric lors de ces dernières répétitions de septembre est passé par l’intense processus d’écriture par le plateau pour nous permettre d’expérimenter la dramaturgie, d’improviser autour de son texte et de l’éprouver avec le dispositif scénique et audiovisuel.

Un texte en strates

photo de répétitions Mais regarde toi par le collectif quatre ailes avec Frédéric Chevaux
photo : Nicolas Guillemot

Le résultat de tout cela est un texte en strates et en recouvrements. Il y a Anna qui navigue entre rêve et réalité, vivant au présent des aventures folles. Il y a au loin une voix mystérieuse mais familière à Anna qui lui parle comme si elle la connaissait. Et enfin, il y a tous les personnages et toutes les apparitions qui vont surgir comme dans un jeu d’aventures. De cette apparente complexité survient l’univers propre à Lewis Carroll, le trouble propre à l’adolescence et la fantaisie sensible qui unit Frédéric au Collectif Quatre Ailes.

Soyons honnêtes…

Cette écriture n’est pas de tout repos, on se prend la tête, on se la tape contre les murs, on saigne nos cerveaux, on étouffe sous nos masques, on a de la buée sur nos lunettes, on se plante des stylos dans la main de désaccord, on a les yeux rouges et secs de surdose de traitement de textes, nos techniciens menacent de nous abattre avec un fusil à lunette, les interprètes convulsent de tergiversations sur le plateau et Frédéric a fusionné avec l’imprimante laser du théâtre. Mais tout ça c’est pour vous, alors on est content ! Rendez-vous en novembre 2020

Début de saison explosif pour les Quatre Ailes

Nous sommes de retour, nous sommes sublimes, nous sommes en pleine crise de nerfs, nous sommes partout à la fois, nous sommes quantiques !!!!  Ravagés par une combinaison diaboliques de créativité, de surcharge de travail et de plaisir de pouvoir reprendre le fil d’une saison à vos côtés. 

Cette saison est très particulière pour nous car elle signe à la fois l’arrivée d’une nouvelle création Mais regarde toi ! La fin de notre résidence de trois ans au Théâtre Antoine Vitez (Scène d’Ivry) et le démarrage de nouvelles dynamiques de territoire pour continuer à créer en lien avec le monde comme il va.  Et enfin la poursuite de la tournée de Certains regardent les étoiles qui continue sur la route du succès. 

Alors si vous voulez causer de tout ça avec nous il y a quelques rendez vous :

La présentation de saison du Théâtre Antoine Vitez le 15/09/2020 à 20h00 – réserver

À voir cette saison

Affiche Mais regarde toi ! par le Collectif Quatre Ailes

Les représentation de Mais regarde toi ! du 06/11/2020 au 14/11/2020 – en savoir plus

Inspiré par l’histoire vraie d’une jeune fille de 12 ans, Mais regarde toi ! raconte l’histoire d’Anna qui, réduite au silence, part en quête d’elle-même pour que cessent ses tourments.

Un parcours initiatique et kaléidoscopique dont on ne sait pas s’il est une rêverie adolescente ou l’oeuvre d’Anna devenue adulte.

La tournée de Certains regardent les étoiles 

Le théâtre joue avec le cinéma pour croiser les histoires de Victor et de Gabrielle, deux enfants de 12 ans. Séparés par 50 ans, ces deux récits initiatiques racontés l’un en mots et l’autre en images, sont portés par un comédien seul en scène.

Calendrier

18 septembre 2020 à 14h15 et 19h00

Espace culturel du Bois Fleuri, route de Bordeaux, 33310 Lormont

Réserver 

15 octobre 2020 à 14h30

16 octobre 2020 à 10h00 et à 19h00

Théâtre Charles Dullin, Mail des Arcades, 76120 Le Grand-Quevilly

Réserver

10 novembre 2020 à 14h30

L’orange bleue, 7 Rue Jean Mermoz, 95600 Eaubonne

Réserver

17 novembre 2020 à 10h00 et à 14h00

Le Quai 3, 3 Quai Voltaire, 78230 Le Pecq

Réserver

19 novembre 2020 à 10h00 et à 14h00

20 novembre 2020 à 10h00 

Centre culturel Jean Vilar, 44 Allée des Épines, 78160 Marly-le-Roi

Réserver

30 novembre 2020 à 14h30

1er décembre 2020 à 14h00 et à 19h30 

Théâtre du Vésinet, 9 Boulevard Carnot, 78110 Le Vésinet

Réserver

10 et 11 décembre 2020 à 10h00 et à 14h00

Salle Malesherbes, avenue Albine, 78600 Maisons-Laffitte

Réserver

du 04 au 09 février 2021

Anis Gras Le lieu de l’autre, 55 Avenue Laplace, 94110 Arcueil

le 12 février 2021 à 14h30 et à 18h00

Théâtre Philippe Noiret, Place des Fontaines, 49700 Doué-en-Anjou

Réserver

le 16 février 2021 à 14h00 et à 20h00

Le Grain de sel, 5 Ter Rue des Écoles, 56860 Séné

Réserver

le 18 mars 2021 

le 20 mars 2021 Arto, hors les murs Ramonville 31524

Nostalgie du jour…

L’équipe du Théâtre Antoine Vitez nous a fait le plaisir de capturer un de nos derniers moment de création avec les jeunes d’Ivry. Une séance de présentation du travail d’écriture réalisé avec une classe du Collège H. Wallon aux élèves du Collège Molière pour qu’ils puissent interpréter histoires et personnages…

Projet : Please LIKE me ! Résidence territoriale en milieu scolaire du Collectif Quatre Ailes


C’était notre résidence territoriale en milieu scolaire…

View this post on Instagram

Aujourd'hui aurait du être le dernier moment de tournage du Collectif Quatre Ailes au Collège Molière à Ivry, dans le cadre de la résidence territoriale en milieu scolaire (merci la DRAC IDF). Mais de quoi parlons nous ? Depuis 2 ans (mais en vrai un peu plus de temps) les Quatre Ailes proposent des actions culturelles dans les établissements scolaires d'Ivry. L'idée étant d'impliquer les élèves dans le processus de création des artistes, en vue de leur prochain spectacle. Cette année, les 4ème du Collège Henri Wallon, les 3ème, les NSA et les 4ème du collège Molière auront travaillé à la création d'un réseau social, de l'histoire d'une jeune fille adolescente et de son histoire sur une année scolaire complète. Après avoir travaillé sur l'écriture de l'histoire, du storyboard, puis avoir conçu l'univers visuel, sonore graphique etc .. du réseau, les élèves auraient du incarner tout cela pour le rendre visible au mois de mai 2020. Evidemment aujourd'hui tout cela est mis en suspend, mais nous espérons pouvoir aller jusqu'au bout de la démarche si les choses s'améliorent dans les semaines à venir. A suivre ! #actionculturelle #actionculturellereportee #3e #collegemoliere #collectifquatreailes #maisregardetoi #creation2020 #projet #tournage #reseausocial #saison #saison1920 #spectacle #artistes #work #jeuneoublic #jeunesse #theatre #theatreetvideo #ivry #ivrysurseine

A post shared by Théâtre Antoine Vitez / Ivry (@theatreantoinevitezivry) on